Patrons de presse : c'est trop tard

Les articles des professionels de la presse qui se révoltent en ce moment, en disant

  • C'est nous on s'est gourrés, c'était la pub
  • C'est pas nous, c'est la pub
  • C'est pas nous, c'est vous

sont de plus en plus nombreux.

Forcément, avec la pub qui ne rémunère plus, qui est devenue tellement intrusive que de toute façon personne n'en veut, les "Pure Players" ou ceux qui ont orienté leur business sur la petite manne qu'on leur redonnait contre la vie privée de leurs clients, sont en train de s'effondrer.

Là encore, je n'ai pas envie d'entendre ces jérémiades.

Je n'ai pas envie non plus qu'on me dise, aujourd'hui "sois tu acceptes la pub, sois tu paies". Parce que ça "casse internet". Ca me gonfle que la moitié des liens de mes amis soient innaccessibles dorénavant. 

Et puis ne nous voilons pas la face, si le choix a été fait de se rémunérer par la pub, c'est qu'au début du Web 2.0 on a vu émerger des blogs dont la qualité mettait à mal l'idée de rémunérer un journaliste pour traiter des mêmes sujet. 

Et c'est le mauvais choix qui a été fait, le bon choix aurait été de relever le challenge, de proposer mieux, de proposer plus !

En quelques années, la presse n'a pas su relever le challenge : en retard sur les réseaux sociaux, sous compétente face au contenu contribué librement par ailleurs, pas de créativité sur la diffusion, sur l'éditorial, sur le combat sur la liberté. 

La tombe a été creusée, je paie un journal si j'en estime la qualité, et ce n'est pas avec la qualité des articles, souvent copié/collé d'une dépèche et enrobés de pub sans avoir même été relus, et ce n'est pas avec les publi-reportages que vous m'avez convaincu. 

Payer, oui, mais pour quoi en somme ?

Et dans l'autre sens se morfondre de l'offre payante. 

Je veux bien payer. Mais pas pour une seule source. Je veux pouvoir payer pour un pannel de sources, voire je veux payer également pour que ce pannel de sources soit aussi exhaustif et non biaisé possible, afin que mon avis soit éclairé. Et je veux que ça passe par internet naturellement et pas une application. 

Ergo, même si je voulais m'inscrire à MediaPart, je ne le ferais pas à l'heure actuelle, parce que je n'ai pas d'offre avec un "contre MediaPart" : aussi éduqué, aussi rigoureux, mais avec une ligne différente. 

Patrons de presse : vous avez un truc à vendre. 

Pour l'instant, je ne vois pas de raison d'être acheteur.

Commentaires

1. Le mardi, mai 17 2016, 14:22 par MonsieurK

Ca dépend beaucoup des domaines, en réalité. Et il peut y avoir d'autres raisons de s'abonner que simplement vouloir accéder à une information (la première à laquelle je pense est pour supporter une équipe qui fait un travail de qualité).

Typiquement, je refuse (pour l'instant en tout cas) de m'abonner à un journal généraliste en ligne, quel qu'il soit, simplement parce que la plus-value en terme de qualité d'information ne m'est pas satisfaisante.
Par contre, je suis abonné à NextINpact (alors que je n'en avais pas *besoin* : d'autres sites d'information NT assez généralistes m'apporteraient peu ou prou la même chose pour rien), et cet abonnement répond au moins à trois réalités :
- le travail réalisé par l'équipe pour faire un pont entre politique et nouvelles technologies est formidable (et ils sont pionniers dans ce domaine - et les informations de leurs confrères, trouvables gratuitement, sont souvent des reprises de leurs articles originaux)
- envie de soutenir une équipe qui a fait des choix intéressants en matière de contenus gratuits/payants, de publicité, et de mise en pratique des partenariats commerciaux
- dossiers de fond (accessibles uniquement sur abonnement) qui m'attiraient

C'est globalement la même chose pour Arrêts sur Images, que je trouve parfois insuffisant (ou suffisant, mais dans l'autre acception du mot), mais qui est un pure player original et dont les contenus m'interpellent (même si je n'ai que très - trop - rarement l'occasion de regarder les émissions).

C'est aussi pareil pour le seul journal papier historique qui me plaît (mais pour lequel je n'ai pas encore d'abonnement, même si j'envisage de faire changer les choses) : le Monde Diplomatique.

Dans ces trois cas, l'accès aux contenus est une raison nécessaire, mais pas suffisante (généralement parce que les contenus soient tout de même accessibles directement, indirectement ou en différé). Mais il y a une dimension éthique et une vraie réflexion sur le rapport producteur/lecteur qui fait qu'on n'est pas dans une consommation qui fait que j'ai envie que ces sites/ressources puissent (sur)vivre.

2. Le vendredi, mai 20 2016, 22:19 par Aggelos

Note : je dis oui pour la qualité des trois sites.
Et j'encourage volontiers la souscription à ces sources, j'aurais même envie de le faire.

Mais voilà, si je dépense 150 à 200€ pour un abonnement, je crée une boucle d'engagement, j'aurai automatiquement un biais vis à vis de cette source.

Pour ce montant je veux un panache de sources pour pallier à mes biais.